La retraite des femmes

Femmes retraitées enjouées

Aujourd’hui, j’ai décidé de te parler d’un sujet extrêmement important, qui est très souvent délaissé avant l’âge de 50 ans : la retraite ! Évidemment, sous l’angle de la Cheftaine, nous allons parler de retraite au féminin.

ATTENTION précision utile : ceci n’est pas un article politique, ni polémique, à la suite de la dernière réforme. Mais on nous a tellement bassinés avec les retraites, que je me suis dit que je tenais là un sujet intéressant à traiter !

Concrètement, la retraite, tu n’y penses pas, sauf si tu es férue de sujets liés aux acquis sociaux, ou si tu as plus de 35 ans, et que tu as reçu ton premier relevé de carrière pour ton anniversaire (oui et quand tu n’es pas prête à y faire face, ça fait mal !). Sauf qu’en réalité, la retraite, ça se prépare, et il faut y penser le plus tôt possible. Tout ce que je te dis là, c’est du vécu : je te rappelle que je dirige une résidence pour personnes âgées dans la “vraie vie”, et les problématiques de retraités, ça me connait ! Dans ma carrière professionnelle, j’ai ainsi traité des dossiers variés, mais en ce qui concerne la retraite des femmes, il y a bien souvent un dénominateur commun, la perte financière, qui peut parfois être très importante.

La retraite des femmes : généralités

La retraite des femmes en France est un sujet complexe qui a fait l’objet de nombreuses réformes au fil des années pour tenter de réduire les inégalités de genre en matière de retraite. Voici quelques points importants à considérer.

Écart de rémunération

L’une des principales raisons des inégalités de retraite entre les sexes en France, réside dans l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes. En moyenne, les femmes gagnent moins que les hommes, ce qui a un impact direct sur leurs futures pensions de retraite. CQFD !

Et je ne parle pas des questions de temps partiel subi, grosse réalité également !

Durée de cotisation

Pour bénéficier d’une retraite à taux plein en France, il faut avoir cotisé un certain nombre d’années. Une bonne quarantaine en pratique (et quelques !). Les femmes ont souvent des carrières plus courtes ou interrompues en raison de responsabilités familiales, telles que l’éducation des enfants ou la prise en charge des proches, ce qui peut entraîner des périodes de cotisation plus courtes.

Les réformes de la retraite

La France a entrepris plusieurs réformes du système de retraite, pour essayer de le rendre plus équitable. Ces réformes ont abordé des questions telles que l’âge de départ en retraite, la durée de cotisation, ou encore la prise en compte des carrières incomplètes. Certaines réformes ont introduit des mécanismes pour prendre en compte les périodes consacrées à l’éducation des enfants, telles que la validation de trimestres de cotisation pour chaque enfant élevé. Cela vise à atténuer les inégalités liées à l’interruption de carrière due à la maternité.

Les pensions de réversion

En France, les veufs(ves) ont droit à une pension de réversion en cas de décès de leur conjoint. Et là, on touche du doigt quelque chose de TRÈS important ! En effet, le volume des unions matrimoniales recule un peu plus chaque décennie.

Notre société a évolué, et le mariage n’est plus le socle de base pour construire une vie de couple et une vie de famille, j’en conviens, et c’est très bien. Mais le mariage, fait avec un charmant contrat de mariage of course, est aussi protecteur quand arrivent les vieux jours. La pension de réversion permet au conjoint survivant de toucher, dans certaines conditions, près de la moitié de la pension retraite de l’époux(se) prédécédé(e). Et s’il y a eu plusieurs mariages, les ex-conjoints peuvent aussi en bénéficier, au prorata des années de mariage.

Parmi les revendications derrière le mariage pour tous, il y avait aussi celle-ci, et la réalité connue par bon nombre de couples homosexuels : après toute une vie commune, le(la) partenaire non marié(e) n’a pas de droit concernant la pension de réversion. Donc si rien n’a été anticipé sur le plan patrimonial en amont, en plus de perdre l’amour de ta vie, tu fais face à d’autres difficultés. Comment rajouter du tragique au tragique !

En résumé, mariez-vous, et passez voir le notaire avant, c’est de la paperasse utile !

La réforme des retraites : les points de tension concernant les femmes

La réforme des retraites peut être perçue comme une régression pour les femmes, si elle introduit des changements qui augmentent les inégalités de genre, ou qui réduisent les avantages dont bénéficient actuellement les femmes dans le système de retraite. Voici quelques points à considérer pour comprendre des points de friction.

(Attention, je le répète, mais je ne te fais pas l’analyse de l’actuelle réforme, j’évoque simplement ici des éléments qui prêtent à discussion de manière générale. Pour être transparente avec toi, à part l’âge légal de recul, je ne me suis pas encore penchée sur les conséquences de la dernière loi, applicable depuis le 1er septembre 2023. Je pars du principe que ça va encore changer mille fois avant que ce ne soit mon tour !).

Allongement de la durée de cotisation et évolution de l’âge légal

Une réforme qui augmente la durée de cotisation nécessaire pour obtenir une retraite à taux plein peut pénaliser les femmes qui ont souvent des carrières plus courtes ou interrompues en raison de responsabilités familiales.

Cela pourrait aussi être accentué avec le recul de l’âge légal de départ à la retraite, puisque carrière hachée + âge légal reculé = devoir travailler plus longtemps que les hommes, ou avoir une pension moindre.

Modification des droits familiaux

Certaines réformes pourraient réduire ou éliminer les avantages accordés aux femmes pour les périodes d’éducation des enfants. Par exemple, si le crédit de trimestres de cotisation pour chaque enfant élevé est réduit, cela pourrait avoir un impact négatif sur les pensions de retraite des femmes, ou encore sur leur possibilité de partir avant l’âge légal.

Réduction des prestations sociales

Les réformes qui réduisent les prestations sociales dans le système de retraite, telles que les pensions de réversion pour les veuves, peuvent également toucher négativement les femmes.

Absence de prise en compte des interruptions de carrière

Si la réforme ne tient pas compte des périodes d’interruption de carrière dues à des raisons liées à la famille ou à la santé, les femmes qui ont été confrontées à ces défis pourraient voir leur situation financière à la retraite se détériorer.

La paupérisation des femmes retraitées en France

Transition parfaite pour te parler de la paupérisation des retraités, et particulièrement des femmes ! La paupérisation des femmes retraitées en France est une préoccupation majeure, car de nombreuses femmes âgées sont confrontées à des difficultés financières en raison de plusieurs facteurs, dont certains sont liés à des inégalités de genre tout au long de leur vie active et de leur retraite. Concrètement, toute une vie d’écart de rémunération, de carrière professionnelle incomplète, de durée de cotisation rallongée, font qu’arrivées à la retraite, les femmes sont visiblement perdantes.

Par ailleurs, bien que les pensions de réversion puissent être un soutien financier pour les veuves, elles ne représentent généralement qu’une partie de la pension de leur conjoint décédé (environ la moitié), ce qui peut ne pas être suffisant pour maintenir leur niveau de vie.

Les coûts de santé sont aussi plus importants pour les retraitées. Les femmes ont tendance à vivre plus longtemps que les hommes, ce qui signifie qu’elles peuvent être confrontées à des dépenses médicales plus lourdes et/ou plus longtemps. Je t’invite à regarder le coût mensuel d’une mutuelle pour senior, c’est affligeant !

Dans la même logique, les femmes âgées sont plus susceptibles de vivre seules plus que les hommes, bah oui, ils meurent trop vite ! Ce qui peut augmenter leurs dépenses en matière de logement et d’hébergement. Associé à un changement de train de vie (et une baisse des revenus), ça pique très vite !

Il y a aussi une prévoyance individuelle insuffisante, puisque de nombreuses femmes n’ont pas eu l’opportunité d’épargner suffisamment pour leur retraite, écart de salaire oblige, ce qui leur impose de compter davantage sur les prestations de retraite publiques. Et donc c’est le cercle vicieux !

Pour lutter contre la paupérisation des femmes retraitées en France, il est essentiel de mettre en place des politiques qui réduisent les inégalités de genre tout au long de la vie active, notamment en matière de rémunération et de conciliation entre travail et vie familiale. De plus, des mesures telles que l’amélioration des pensions de réversion, l’accessibilité aux soins de santé abordables et des initiatives visant à promouvoir l’épargne retraite, peuvent contribuer à améliorer la situation financière des femmes retraitées.

La retraite des femmes : mon petit retour d’expérience

Dans ma carrière professionnelle, pour les générations actuellement retraitées, je suis confrontée à deux difficultés majeures pour les femmes.

Les femmes qui exerçaient un emploi non déclaré

Il s’agit de toutes ces femmes qui travaillaient avec leur mari, dans le commerce ou l’agriculture notamment, et qui n’ont pas été déclarées, ou qui ont difficilement obtenu un statut de conjoint collaborateur pour percevoir des pâquerettes… Mais aussi de toutes ces femmes qui ont exercé des métiers pénibles, et qui étaient payées “au noir” (ménage, garde d’enfants, couture… Bref, en gros, tout ce qui relève de la domesticité). Et enfin, toutes ces femmes qui ne travaillaient pas, au sens lucratif du terme, qui ont donc était corvéable à merci toute leur vie, pour élever la marmaille et tenir le foyer !

Bref, ces femmes ont de toutes petites retraites (ma grand-mère, par exemple, touchait dans les 200 à 300 € par mois, alors qu’elle avait travaillé toute sa vie et élevé sept enfants !), et si elles ne bénéficient pas du soutien de leur conjoint, d’un soutien familial, ou si elles n’ont pas anticipé avec des choix financiers et patrimoniaux opportuns en amont, bah c’est la loose !

Les changements importants au décès du conjoint

Autre désastre qui est aussi la conséquence du premier, c’est la perte du conjoint. Non contente de devoir te remettre de la perte du partenaire de toute une vie, tu te retrouves le bec dans l’eau, sans pognon ! Il faut vite monter le dossier de pension de réversion, pour limiter les carences, et attention, ne te trompe pas de case, sinon le dossier trainera à être traité (je caricature à peine !). J’ai connu des dossiers de pension qui ont été traités en moins d’un mois, et d’autres qui ont mis huit mois ! Huit mois, tu te rends compte du décalage de trésorerie, quand tu n’as rien de côté ?! Heureusement, les choses progressent dans le bon sens, et l’administration a tout de même fait des efforts d’amélioration des process, ouf !

Le décès du conjoint, si les choses n’ont pas été anticipées, au-delà du drame humain, peut vite devenir un drame financier.

***

Les inégalités femmes-hommes sont particulièrement frappantes, arrivées à la retraite. Ces débats peuvent te paraitre futiles, surtout si tu es à quelques décennies de l’âge légal de départ, mais le boomerang revient très vite dans ta face ! J’espère que je ne t’ai pas trop ruiné le moral avec mon billet d’humeur. Si tu n’as qu’une seule chose à retenir de mon article, c’est celle-ci : il faut ANTICIPER !

Souscris à un plan épargne retraite : même si tu n’y mets que 50 € par mois, c’est toujours ça !

Achète dès que tu peux ta résidence principale : même si c’est un studio, tu t’en fiches, tu me remercieras plus tard !

Si tu es en couple, et que ton union est stable : mariez-vous, mais avec un contrat de mariage ! Si je ne te parle que de la partie administrative des frais, notaire compris, ça vous coûte moins de 800 € de vous marier ! Et dans le pire des cas, vous alignerez probablement moins de 5 000 € pour divorcer ! A la retraite, ton “investissement” dans ta vie matrimoniale peut te rapporter quelques centaines d’euros de pension de réversion ! Et quoi de mieux que de toucher une pension de ton ex-mari mort, tel un beau majeur levé sur votre mariage raté, et toc la revanche de la vie 😉 !

La préparation de la retraite, c’est la continuité logique de ton indépendance financière. Crois-en mon expérience, vieillir coûte cher. Alors pense cigale, et pas fourmi !

Enjoy !

La Cheftaine, le blog dédié aux femmes du 21ème siècle

Vous en voulez plus ?

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter périodique !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

More Interesting Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.