Le syndrome de l’imposteur : c’est grave Docteur ?!

Pinocchio

Lorsque je me suis décidée à lancer ce blog, j’avais une intention claire : je voulais dépasser mon syndrome de l’imposteur !

La quarantaine approchante, je me retrouve au carrefour de ma vie, avec ce sentiment de ne rien avoir accompli, d’avoir encore tant à faire, d’être peut-être passée à côté de certaines choses, de ne pas avoir les épaules pour réaliser mes projets, de ne pas me sentir légitime… Au fur et à mesure de mes discussions avec d’autres, je me suis rendue compte que je n’étais pas seule avec mes doutes et mes névroses, au contraire, que nous étions bien plus nombreuses (coucou les copines !) !

De là a germé une autre réflexion : et si nos blocages étaient finalement la cause des inégalités femmes-hommes ? Quand tu y réfléchis, ce n’est pas si déconnant, car au-delà des siècles de patriarcat, si le vrai problème n’était pas le regard des hommes sur les femmes, mais bel et bien des femmes sur elle-même ? Et si nous avions suffisamment d’estime sur nous-mêmes, plus de confiance en nous, nos vies en seraient-elles bouleversées ?

Je pense que je ne suis pas loin du compte, car des femmes courageuses ont ouvert la voie, et d’autres ont suivi. Des femmes qui ont su dépasser leurs croyances limitantes, et aller au-delà des clichés. Je t’en ai déjà narré certaines, et je continuerai à le faire, toute énergie positive est bonne à prendre !

Et donc, finalement, c’est quoi ce gros mot ?

Le syndrome de l’imposteur : c’est quoi ?

Le syndrome de l’imposteur est un phénomène psychologique qui se caractérise par un sentiment persistant de doute de soi et de peur d’être exposé comme un imposteur ou une fraude, malgré les preuves de réussite, de compétence et de réalisation. Les personnes qui éprouvent ce syndrome ont tendance à minimiser leurs réussites et à attribuer leur succès à la chance ou à des circonstances extérieures plutôt qu’à leurs propres compétences et efforts.

Voici quelques caractéristiques courantes du syndrome de l’imposteur :

Doute de soi

Les personnes souffrant de ce syndrome ont souvent du mal à accepter leurs compétences et leurs réalisations, croyant qu’elles ne sont pas suffisamment qualifiées ou intelligentes pour les tâches qu’elles accomplissent.

Attribution de succès à des facteurs externes

Les personnes souffrant de ce syndrome ont tendance à attribuer leur succès à des facteurs extérieurs, comme la chance, les relations ou des circonstances favorables, plutôt qu’à leur propre mérite.

Peur d’être découverte

Les personnes souffrant du syndrome de l’imposteur craignent souvent d’être découvertes comme des imposteurs et redoutent le jugement des autres.

Perfectionnisme

Les victimes du syndrome peuvent être perfectionnistes, s’efforçant constamment d’atteindre des normes très élevées et craignant l’échec.

Éviter les défis

Parfois même, elles évitent de prendre des risques ou de relever de nouveaux défis par peur de ne pas être à la hauteur.

Le syndrome de l’imposteur peut affecter n’importe qui, quel que soit son niveau de compétence ou de réussite. Il peut être source de stress, d’anxiété et d’une diminution de la confiance en soi.

Le syndrome de l’imposteur : est-ce typiquement féminin ?

Le syndrome de l’imposteur ne touche pas spécifiquement un genre en particulier. Cependant, il existe des recherches et des études qui suggèrent que les femmes sont parfois plus enclines à éprouver ce syndrome, ou du moins à l’exprimer davantage, en particulier dans des domaines où elles sont sous-représentées ou font face à des stéréotypes de genre négatifs.

Il est important de noter que la prévalence du syndrome de l’imposteur peut varier en fonction de nombreux facteurs, notamment la culture, l’environnement de travail, le contexte éducatif, etc. Dans certaines cultures ou milieux professionnels, il peut être plus courant, tandis que dans d’autres, il peut être moins répandu.

Consolation

Les causes sous-jacentes du syndrome de l’imposteur sont complexes et peuvent découler de diverses pressions sociales et psychologiques. Par exemple, les femmes peuvent être plus susceptibles de ressentir le syndrome de l’imposteur dans des domaines où elles sont moins représentées en raison de la pression sociale, des stéréotypes de genre et des attentes culturelles. Cela peut les amener à douter de leurs compétences, même en présence de preuves de réussite.

Le syndrome de l’imposteur : on s’en débarrasse comment ?

Le syndrome de l’imposteur peut être difficile à surmonter, mais il est possible de le gérer et de développer une meilleure confiance en soi. Voici quelques étapes que tu peux suivre pour t’en débarrasser.

Intervention

Prendre conscience du problème

La première étape pour surmonter le syndrome de l’imposteur est de reconnaître que tu le ressens ! Identifie les moments où tu as des doutes sur tes compétences et tes réalisations, et célèbres tes victoires !

Parles-en

Ne reste pas seule dans ton coin, et partage tes sentiments avec des amis, des collègues ou un professionnel de la santé mentale. Parler de tes inquiétudes peut t’aider à les comprendre et à les mettre en perspective.

Rationaliser ses pensées

Tiens un journal (un blog 😉) pour suivre tes pensées et croyances négatives sur toi-même. En identifiant ces pensées irrationnelles, tu pourras les confronter et les remplacer par des pensées plus positives et réalistes.

Reconnaître ses réalisations

Fais une liste de tes réussites et de tes compétences. Réfléchis aux défis que tu as surmontés avec succès. Cela peut t’aider à te rappeler que tu as les compétences nécessaires pour réussir.

Apprendre à accepter l’échec

Personne n’est parfait, et l’échec fait partie de la vie. Accepte que tout le monde puisse faire des erreurs et que cela ne signifie pas que tu es un imposteur. L’échec peut être une occasion d’apprendre et de grandir. D’ailleurs, avoue, tu as plus appris en tombant de ton vélo qu’en te promenant pépère, hein ?! 

Fixer des objectifs réalistes

Evite de te fixer des attentes irréalistes, soit cohérente avec toi-même ! Définis des objectifs réalisables et concentre-toi sur le progrès plutôt que sur la perfection. Et utilise la méthode SMART : établir des objectifs spécifiques, mesurables, atteignables, réalistes et temporellement définis !

Pratiquer l’auto compassion

Soit gentille envers toi-même ! Traite-toi avec la même bienveillance que tu traiterais un ami qui se sentirait mal à l’aise. L’auto compassion peut t’aider à développer une meilleure estime de toi-même.

Chercher du soutien professionnel

Si le syndrome de l’imposteur a un impact significatif sur ta vie, professionnelle ou personnelle, envisage de consulter un soutien professionnel, psy, coach, ou toute personne ressource fiable (et pas un gourou de secte hein !). Ils peuvent vous fournir des outils et des stratégies pour faire face à ce problème.

Sortir de ta zone de confort

Prends des risques et relève de nouveaux défis pour développer ta confiance en toi ! Chaque fois que vous réussis à sortir de votre zone de confort, cela renforce ton estime de toi 😉 .

Soyez patient

Surmonter le syndrome de l’imposteur peut prendre du temps. Rappelle-toi que la confiance en soi se développe progressivement !

Et puis objectivement, nous sommes tous des êtres humains, nous avons tous les mêmes failles, les même doutes, et même Beyoncé fait popo avant de monter sur scène !

Beyonce

***

Un dernier petit conseil pour la route ! Il n’est pas de moi, je l’ai piqué sur un des podcasts d’Aline Bartoli. Lorsque tu réalises quelque chose, que ce soit une présentation, une création de contenu, un job quelconque, adresse-toi (fictivement of course !) à ton TOI d’il y a deux ans en arrière. Donne-lui les infos que tu as acquises durant cette période, les techniques… Tu as gagné en compétence et en légitimité supplémentaire ces deux dernières années, donc te parler à toi pourra t’aider à surmonter ce complexe. C’est exactement ce que je viens de faire ici 😉

Et puis, entre nous, à moins que tu ne fasses croire que tu es pilote d’avion de ligne, ou chirurgien cardiaque, alors que tu n’as que ton CAP plomberie, tu es large ! Laisse parler le flux de la Cheftaine qui sommeille en toi 😉 

Enjoy !

La Cheftaine, le blog dédié aux femmes du 21ème siècle

Vous en voulez plus ?

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter périodique !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

More Interesting Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.