Femmes entreprenantes : Lycia la Webeuse, incollable sur WordPress !

Logo la Webeuse

Un nouveau rendez-vous pour ma rubrique « Femmes entreprenantes », avec cette fois sur le grill, Lycia La Webeuse ! Souviens-toi, grâce à ces rencontres et partages d’expériences, j’espère bien réussir à t’inspirer un peu, te secouer beaucoup, et t’activer, à la folie !

Let's go girls

Lycia, je t’en ai déjà un peu parlé, lorsque je t’ai présenté la création de mon site Internet toute seule comme une grande ! C’est grâce à elle, et à ses recommandations WordPress, que j’ai réussi à créer de toute pièce cette merveilleuse interface, qui te ravie un peu plus à chaque connexion 😉 !

Lorsque j’ai fait une liste des femmes inspirantes que je souhaiterai interviewer pour le blog, j’ai immédiatement pensé à elle ! Après tout, elle m’a totalement décomplexée avec la création web, et m’a (presque) fait aimé ça ! J’avais vraiment envie de partager avec elle sur son parcours, sur ses doutes, sa méthode et ses réussites.

Lycia la WebeusePrésente-toi : dis-nous qui tu es, d’où tu viens et ce que tu fais ?

Je suis Lycia Diaz, je suis formatrice, consultante WordPress principalement, et à côté, je suis blogueuse et auteure. Quarantenaire, je vis à Martigues, à côté de Marseille, et initialement, je viens du milieu de la restauration de luxe, et suis sommelière de formation. Je ne suis donc pas du tout issue du milieu du web ! Je suis également en couple, et nous avons deux enfants.

Présente-nous ton entreprise : c’est quoi et depuis quand ?

La Webeuse, c’est l’aboutissement de ma reconversion …! Initialement, j’avais envie de créer un blog, type outils et tests autour du web. Je me suis lancée… C’était un peu mon « bac à sable », un peu comme toi avec ton blog, c’était mon side project ! J’ai poursuivi mon chemin, ai été sollicitée pour créer des sites Internet entre autre, j’étais alors un « bébé entrepreneur », et en décembre 2015, a jailli La Webeuse !

J’ai commencé à tenir le blog sérieusement à partir de 2017 : avant ce n’était pas très abouti, c’était mal écrit de mon point de vue, je n’avais pas les codes, le référencement naturel… J’ai d’ailleurs détruit près de 2 ans de contenu depuis ! J’avais envie d’avoir un blog à moi, dans le domaine du web, et le nom de La Webeuse c’est naturellement installé. J’ai eu de la chance, le nom de domaine était disponible avec le tiret !

Que faisais-tu dans la vie avant de lancer ce projet ?

J’étais dans la restauration de luxe, je m’y plaisais bien, j’y ai d’ailleurs fait une belle carrière, mais j’ai toujours eu cette attirance pour le web, je me prenais à rêver de construire un site Internet… « et si j’avais su »… J’ai donc commencé à m’intéresser sérieusement à la question, à acheter des outils pour faire des montages photos et vidéos… et je me suis lancée à vouloir créer mon blog avec WordPress, et je n’ai RIEN compris ! Je me suis rapatriée sur un canalblog en désespoir de cause, mais je ne me suis pas laissée abattre, j’ai persévéré, et me suis mise sérieusement à WordPress, pour enfin créer mon blog.

Je n’étais donc pas destinée à devenir blogueuse : dans la restauration, il y a peu de place pour les sujets annexes, les journées sont longues, on peut travailler près de 15 heures par jour ! Mais ma curiosité et mon envie d’apprendre dans ce domaine, m’ont poussé à persévérer dans ce projet.

Quel a été l’élément déclencheur à ce projet ?

Clairement, la construction de ma vie familiale. J’ai eu mon premier enfant en 2012, et mon mari étant lui aussi dans la restauration, en tant que chef de cuisine, se posait alors la question de « qu’est-ce qu’on fait » ?! On s’est demandé ensemble qui de nous deux arrêterait la restauration, parce qu’il était inconcevable de poursuivre ce rythme de vie avec un enfant, et des fins de service à minuit minimum pour tous les deux. J’ai fait le choix d’engager ce changement de carrière. Je voulais passer à autre chose, c’était le moment pour moi de tourner la page. J’ai profité de ma maternité pour changer mon fusil d’épaule ! J’ai ainsi commencé  explorer le web… Et ce n’est qu’en 2014 que j’ai finalement ENFIN découvert WordPress !

Il y a donc eu un gap de 2 ans, où j’ai tout de même galéré… et où j’ai cherché quoi faire de ma vie ! J’avais un projet de photographie artistique (je vivais alors en Corse, et me voyais bien créer autour de l’île de beauté), mais aussi un projet de consultante et d’accompagnement de restaurateurs. Finalement, je ne me suis engagée dans aucune de ces deux voies, et grâce à mes connaissances accumulées, j’ai été sollicitée pour devenir community manager, sur Facebook à l’époque. Puis ensuite, on m’a demandé de créer un site web, et ainsi de suite !

Rien ne vient spontanément finalement, c’est un long parcours, avec des rencontres et des opportunités.

T’es tu fais accompagner et/ou as-tu suivi une formation dédiée ? Si oui, dans quel domaine ?

Je suis autodidacte, mais j’ai quand même utilisé mon droit individuel à formation (actuel CPF), pour me former en centre sur WordPress. J’ai finalement été assez déçue de la formation suivie, je n’avais pas assez de recul pour bien la choisir, elle n’était pas très pertinente ni adaptée à ce que je recherchais. C’est à ce moment là que je me suis décidée à me faire un guide, et de reprendre toutes les étapes point par point, au fur et à mesure de mes essais et prises en main… Et maintenant, mon guide fait 825 pages !

Sur la création de mon entreprise, j’ai été accompagnée par une pépinière d’entreprises, avec laquelle j’ai signé un contrat CAPE à l’époque, ce qui m’a permis de lancer mon projet plus sereinement, avec du soutien moral, financier, logistique et juridique. J’ai finalement opté pour le statut de micro-entreprise, qui me rassurait, notamment parce que tu ne payes des charges que si tu fais du chiffre d’affaires ! Autrement dit, tu ne payes que quand tu gagnes de l’argent, ce qui est une bonne logique.

Depuis 2020, je suis en SASU et j’ai été accompagnée par une comptable pour la constitution. Je regrette juste qu’il faille commencer par payer avant même de commencer à travailler, lorsque l’on démarre une société ! S’il y a bien un conseil que je veux donner à quelqu’un qui débute, c’est d’utiliser le statut de la micro-entreprise, finalement très confortable quand on se lance.

Quelle a été ta plus grosse erreur dans la conduite de ce projet ?

Disons que j’ai perdu beaucoup de temps au tout début, à ne pas savoir vraiment les choses. Me former par mes propres moyens m’a finalement fait perdre énormément du temps. Tu apprends tellement plus vite lorsque tu suis une formation pertinente et adaptée ! Je pense que j’aurais au moins gagné 2 ans, si j’avais suivi LA bonne formation.

En 2016, j’ai suivi une formation plus complète et plus technique, de développeur web. Elle m’a permis de consolider ce que j’avais appris en autodidacte, ça m’a conforté, et ça m’a fait progressé. Je me la suis payée de ma poche, j’ai investi sur moi-même, et je ne l’ai pas regretté.

Quelle a été ta plus grande réussite dans la conduite de ce projet ?

Je crois que la plus grande réussite, c’est de continuer ! En effet, à aujourd’hui, je suis toute seule à tout gérer, et ce n’est pas simple. Le chemin est parsemé de multiples petites réussites, qu’il faut savoir saluer : j’ai créé ma micro-entreprise, j’ai réussi à me verser un salaire régulier sur 12 mois, j’ai passé différents caps de chiffre d’affaires… Il faut savourer ces paliers de réussite, et se satisfaire de chaque marche franchie.

Le livre était aussi un gros challenge, une grosse marche à franchir ! Et la dernière, c’est ma validation QUALIOPI en 2022 pour mes formations (bien que je ne sais pas si je renouvellerai l’expérience, la rigidité administrative est épuisante !).

Aujourd’hui, j’ai aussi réussi à faire grandir mon offre, et de conception de site web, j’ai vraiment évolué vers de la formation, et de l’accompagnement à la création avec mes apprenants. Je m’enrichis de leurs projets et des évolutions qu’ils m’apportent, c’est un cercle vertueux.

Qu’est-ce qui a été le plus difficile à concilier pour mener à bien ce projet ?

Concilier mes enfants et mon entreprise. J’ai fait le choix de travailler depuis la maison, et avec les enfants, il y a toujours des aléas (maladie, grève, catastrophe en tout genre)… ça engendre des frustrations parfois, notamment dans l’avancée de mon travail. Mon mari, avec son métier, travaille de 7h à minuit, donc je gère les enfants seule, et c’est ça le plus dur à concilier. Mais ça se fait !

Aujourd’hui, estimes-tu avoir réussi ta reconversion ?

Je suis TRES satisfaite : j’ai réussi à créer mon propre emploi, mon propre salaire, sans dépendre de personne. J’en suis fière !

Où te vois-tu dans 10 ans ?

Est-ce que je vais devenir la mémé webeuse…! 🙂 Je n’ai aucune idée ! Aucun plan tracé, aucun objectif de progression de chiffre d’affaires… J’ai plutôt des projets très terre à terre sur l’avancée de travaux dans ma maison par exemple !

Ces 10 dernières années, je me suis toujours laissée porter dans les projets du web : le livre on me l’a proposé, QUALIOPI c’est suite à la demande de clients… Je n’ai pas de démarche stratégique, et j’aime bien voir où ça me porte !

Je ne resterai cependant pas en position d’attente, et je trouverai toujours quelque chose à faire : e-commerce, impression 3D, poursuivre la formation… Je suis curieuse, je n’aime pas m’ennuyer, et j’adore apprendre de nouveaux trucs !

Quelle faute t’inspire le plus d’indulgence ?

Quand on rate un truc : pour moi, c’est jamais raté finalement, c’est pas grave, c’est un essai ! Rien n’est un échec !

As-tu un mantra / une devise / un dicton / une citation qui te motive ou qui te guide ?

Oui, j’aime bien me dire que tout est possible, que tout est réalisable, même si parfois il faut s’y reprendre à plusieurs reprises, il ne faut pas se décourager. Si tu le veux vraiment, fixe-toi des objectifs, et tu y arriveras !

Quelle est LA chanson qui te motive quand tu as le moral dans les chaussettes ?

Certainement « Marcia baïla » des Rita Mitsouko

Et aussi « Femme libérée » de Cookie Dingler, elle me donne envie de danser !

C’est club 80 avec moi !

Un dernier conseil ?

J’aimerai te donner un conseil pour ton blog : ce peut être une porte d’entrée exceptionnelle pour pleins de choses, mais il ne faut pas te décourager ! Tu peux jeter des articles… refaire l’architecture du blog… Ne jettes pas l’éponge trop tôt, sois tenace, sois régulière, sois patiente, et souris aux opportunités !

***

Milles mercis à Lycia pour sa générosité, sa franchise, et son partage d’ondes positives. Et puis avec les Rita Mitsouko dans sa playlist, on ne pouvait que bien s’entendre 😉 !

J’espère que toi aussi, chère lectrice, tu auras aussi fait le plein de mindset ! Si tu veux en savoir plus sur Lycia La Webeuse, je t’invite à la suivre sur Instagram et à checker son site web !

Enjoy !

La Cheftaine, le blog dédié aux femmes du 21ème siècle

Vous en voulez plus ?

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter périodique !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

More Interesting Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.