Femmes entreprenantes : Magaly Zarka, serial wedding !

Portrait de Magaly Zarka

C’est parti pour découvrir un nouveau parcours de femmes entreprenantes ! Tu commences à me cerner, je suis un grande passionnée, et J’ADORE rencontrer de nouvelles personnes, de nouvelles femmes entreprenantes, écouter leurs histoires, et voir le chemin parcouru avec leur ambition, leur volonté, leur belle idée… Et ces personnes, ce sont des Madame Tout le monde, preuve que toi aussi, derrière ton écran, avec UN PEU de volonté, BEAUCOUP de travail, en te FIXANT des objectifs et en TE DONNANT les moyens, tu peux aussi le faire, quel que soit le projet !

Femmes en action

Lors de ma petite traversée du désert intérieure, celle où je voulais tout envoyer valser, changer de métier, et bousculer les lignes, j’ai échangé avec d’autres femmes qui partageaient les mêmes doutes que moi, ou bien qui étaient déjà passées par cette phase… Et l’idée du blog est ainsi née !

J’ai aussi réveillée ma passion du mariage, et l’idée de me lancer dans ce secteur a fait son chemin… Et c’est dans ce gros patchwork de projets et d’émotions (pour ne pas dire de grand bordel !), que j’ai découvert Magaly Zarka ! J’ai d’abord découvert sa voix, grâce à son podcast, le wedding divan, qui m’a permis de faire un grand bon dans mes connaissances sur le wedding world, et puis un jour, j’ai osé lui envoyer un DM sur Instagram, pour lui dire que j’aimais beaucoup son travail, son podcast, et la remercier, tout simplement. Et voilà que nous avons poursuivi les échanges !

Lorsque je lui ai proposé de passer sur mon grill « femmes entreprenantes », elle a spontanément dit oui ! Malentendu ou pas, je la remercie, et je te laisse la découvrir.

Magaly Zarka : Présentation

Présente-toi : dis-nous qui tu es, d’où tu viens et ce que tu fais ?

Magaly Zarka Wedding gangJe suis Magaly ZARKA, j’ai 40 ans, bientôt 41 aïe !, je suis coach et formatrice des professionnelles du mariage. Je les accompagne et les aide à remplir leur saison, mais surtout à prendre confiance en elles pour pouvoir la remplir, et à devenir une référence du secteur.

Je viens de la communication et du marketing, j’ai fait des études là-dedans, j’ai travaillé dans ce domaine durant des années, dans le développement des entreprises et leur réseau. En 2012, j’ai monté ma boîte de wedding planner, que j’ai arrêté en 2017 après un burn-out. En 2017, j’ai repris une activité salariée… Et j’ai appris que quand tu es entrepreneur une fois, tu restes entrepreneur toute ta vie ! Donc le retour au salariat n’a pas été probant. Je suis revenue au wedding world en 2019, en créant une entreprise d’officiante de cérémonie, et là, normalement, en juin 2023, ce devrait être ma dernière cérémonie, pour totalement me consacrer ensuite à mon activité de coaching.

Présente-nous ton entreprise : c’est quoi et depuis quand ?

Mon activité de coaching et formation, qui s’appelle le WEDDING GANG, a officiellement été lancée en octobre 2022, avec une première session test de formation pour être entrepreneuse dans le mariage. J’ai depuis fait une deuxième session en janvier 2023, et actuellement, je suis à ma troisième session, mais dédiée au métier d’officiante de cérémonie celle-ci. Je fais aussi un peu de coaching individuel, bien que je ne communique pas encore énormément dessus, et j’ai aussi mis en place des masterminds,  sorte de suivi sur le long terme de mes coachées, sur des problématiques communes et courantes dans le métier.

Donc, avant de lancer ton activité de coaching, tu étais officiante de cérémonie, encore avant, tu étais wedding planner, qu’est-ce qui a engagé ce changement de vie ? Tu as aussi parlé de burn-out, peux-tu en dire plus ?

Le burn out, je l’ai fait avant la quarantaine, donc on ne peut pas le mettre sur le dos de la crise de la quarantaine ! Je l’ai fait après 5 ans de wedding planning, et plus de 80 mariages organisés ! En 2016, 29 mariages en présentiel, sachant que l’on faisait organisation / décoration / cérémonie, et bien que je sois associée, je gérais certaines tâches seule, comme l’administratif et la communication sur les réseaux sociaux. Nous avions aussi beaucoup de stagiaires à gérer chaque année… Donc bon voilà, un trop plein ! 2016 c’était trop, et j’ai continué une dernière année, en me disant « j’essaie encore », mais ça a été l’année de trop. J’ai adoré ces années-là, mais l’organisation et l’accompagnement des mariés comme ça, ce n’est plus pour moi.

Officiante de cérémonie, ça me plaît beaucoup également, mais il y a des aspects qui me dérangent. J’accepte difficilement les invités qui ne comprennent pas l’importance de mon métier, et je trouve que c’est un manque de respect, pour les mariés surtout, quand les personnes proches, associées à la construction de leur cérémonie laïque, ne respectent pas le timing et le peu de demandes qui leurs sont formulées. Par exemple, nous sommes à deux semaines d’une cérémonie, et j’ai encore un discours qui n’est pas complet, alors que les participants doivent me l’envoyer bien en amont ! Parfois, la veille, même le jour J, certains font des changements, ou bien même se désistent, et tout ça, j’ai de plus en plus de mal à le tolérer.

J’ai envie de travailler avec des gens qui sont motivés, avec des gens qui ont envie de faire les choses. J’adore travailler avec les mariés sur leur projet, c’est ce qui me motive vraiment dans ce métier, mais je supporte de plus en plus difficilement les personnes et les aléas autour. Donc voilà comment j’en suis arrivée là ! Et surtout, j’avais envie d’AIDER les gens. J’ai besoin d’avoir des personnes motivées en face de moi, mais je souhaite les aider à sortir de leur zone de confort, pour faire ce qu’elles aiment vraiment. De l’aveu de mes coachées, j’aide à l’affirmation de soi, à avoir une vision globale, à aller plus loin.

Egalement, je pense que débutant n’est pas synonyme d’ignorant ! Nous avons tous un parcours de vie, de connaissances utiles, et finalement, si tu t’es formée, documentée, et que tu connais ne serait-ce que 20 % de plus que ce que ton client sait, tu peux déjà l’aider. Ton envie fait beaucoup de choses. Bon, je ne te cache pas que c’est du travail de concrétiser ce qui te tient à cœur : il faut se lancer, il faut tenir un peu, être régulière, et surtout ne pas se décourager au premier truc relou !

Magaly Zarka : Evolutions

Quel a été l’élément déclencheur à ce projet ?

A la base, je ne pensais pas tellement rester dans le domaine du mariage, je me voyais aider et accompagner, mais un public féminin plus largement. J’étais en instance de divorce, je me disais que je voulais aider les femmes qui ont peur de partir, et leur prouver que c’était possible. Mais c’est un terrain glissant, et je ne suis pas certaine d’avoir en face de moi le public motivé que je recherche, avec des problématiques autres à gérer… Une amie, de bon conseil, m’a donc fait cette suggestion « vu ton expérience et ton expertise dans le domaine du mariage, pourquoi tu ne coacherais pas sur ce sujet ? » Et l’idée était là !

Plus largement, l’élément déclencheur de l’entrepreneuriat, au début des années 2010, ce fut le décès de mon père, qui me disait toujours « il faut que tu sois entrepreneure ma fille… Si j’avais été plus jeune, on aurait monté une boite ensemble » ! Lorsque j’ai arrêté le wedding planning, j’ai vraiment vécu ça comme un échec. Echec n’est pas un gros mot, je l’ai intégré maintenant, mais à l’époque je ne voyais pas les choses comme aujourd’hui… Je me suis beaucoup remise en question, et je suis retournée dans le salariat. En plus, j’ai intégré une grosse boîte américaine, où quand tu veux aller faire pipi, il te faut l’accord de 12 personnes ! Quand tu es entrepreneuse, tu prends tes propres décisions, et ensuite tu les assumes. Là, en revenant dans le salariat, je ne décidais de plus rien. Même lorsque je faisais des propositions, j’avais le sentiment de ne pas être entendue (et ne l’étais clairement pas avec certains !). Je ne me sentais pas à ma place. J’ai besoin de me sentir utile, de sentir que mon intervention apporte à quelqu’un, aide quelqu’un.

T’es tu fais accompagner et/ou as-tu suivi une formation dédiée ? Si oui, dans quel domaine ?

Je suis une fan de formations ! Mon homme  me dit que lui a la passion des clubs de golf, il en achète souvent, et moi, c’est l’achat de formations ! Je me fais régulièrement coacher, et je suis régulièrement des formations.

Lorsque j’ai créé l’entreprise de wedding planner, j’ai suivi une formation, mais je ne me suis pas fais coachée, et ça, j’estime que c’est une erreur. Quand on est coachée, on avance tellement plus vite ! Le coach, à l’instar du coach sportif, te pousse à avancer « go go go » ! Quand tu as la tête dans le guidon tout le temps, tu es focus, et tu ne vois pas tout. Tu ne peux pas tout savoir, tout faire, et avoir ce regard extérieur qui te montre d’autres solutions, d’autres alternatives, d’autres perspectives, ça n’a pas de prix.

J’ai aussi fait un coaching sur la confiance en soi, et ça m’a tellement aidé ! J’ai appris que quand tu admires quelqu’un, tu ne vois que la partie émergée de l’iceberg, mais il y a tout le reste, tout ce qui est immergé, que tu ne vois pas. Tout le monde à une partie noire, une partie sombre, et sur les réseaux, on ne voit pas ça ! Depuis que j’ai arrêté d’admirer les gens inconditionnellement, j’ai une confiance en moi décuplée : moi aussi je peux faire de belles choses ! Tiens par exemple, moi aussi je me cacherai bien sous ma couette certains jours, et j’attends les vacances avec impatience, même si j’adore ce que je fais ! Nous sommes humain, avec nos failles.

Quelle a été ta plus grosse erreur dans la conduite de ce projet ?

D’une manière générale dans l’entrepreneuriat, ma grosse erreur, c’est de vouloir faire tout et toute seule ! Ne pas déléguer, et vouloir faire des économies sur certaines choses, ça ne m’a pas servi. Maintenant, je préfère mettre de l’argent, et investir sur l’avenir au sens propre du terme, plutôt que de faire des économies de bout de chandelle, pour au final, devoir recommencer.

Eh oui, quand on achète pas cher, on achète deux fois !

Egalement, sur certaines décisions, plutôt que de faire le « choix de raison », j’aurais dû plus écouter mon cœur, qui me criait tout l’inverse de la décision que j’étais en train de prendre !

Encore cette petite voix intérieure qui est malmenée !

Egalement, bien se faire accompagner, c’est important, et je ne parle pas nécessairement que du coaching. Un bon comptable, une personne ressource à l’écoute et qui comprend tes problématiques, ça aide à aller dans le bon sens, à prendre les bonnes décisions, du moins les décisions qui te correspondent.

Quelle a été ta plus grande réussite dans la conduite de ce projet ?

Rendre les gens heureux, que ce soit dans le mariage ou dans le coaching ! Faire que la journée d’un couple soit encore mieux que ce qu’il avait imaginé, ou aider une coachée à avoir confiance en elle, c’est ma plus belle réussite.

Qu’est-ce qui a été le plus difficile à concilier pour mener à bien ce projet ?

L’équilibre vie professionnelle et vie personnelle ! J’aime ce que je fais, je suis passionnée, je travaille trop (et je fais d’ailleurs un travail sur moi-même pour en identifier le pourquoi !), et je dois prendre du recul sur tout ça. Mon fils a 9 ans à présent, et ça a été très sportif par le passé : j’ai su que j’étais enceinte lors de ma soirée de lancement de wedding planner ! Ma mère m’a beaucoup aidé, j’ai allaité sur des mariages, avec elle qui le gardait entre deux ! Une vie à 10.000 à l’heure ! Donc dans mes objectifs, il y a prendre plus de temps pour moi et ma vie privée. J’ai commencé cette année, j’ai démarré une activité de loisir rien que pour moi, et je m’y tiens !

Aujourd’hui, estimes-tu avoir réussi ta reconversion ?

Qu’est-ce que c’est « avoir réussi » ?! J’en parle dans mon podcast justement… J’estime que oui, j’ai commencé ma réussite, parce que je peux vivre du coaching à ce jour, et surtout, je me sens bien, et je me sens à ma place. Se sentir à sa place, c’est une réussite.

Lorsque j’aurais réussi l’équilibre vie pro / vie perso, ce sera une complète réussite !

D’ailleurs, parlons-en de ton podcast, tu n’en parle pas depuis tout à l’heure !

Effectivement ! Grâce à mon podcast, je rencontre des gens formidables, j’apprends plein de choses d’eux, et je passe du bon temps à rencontrer des personnes qui me passionnent ! Je l’ai engagé pour me faire connaitre en tant que coach spécialisée dans le domaine du mariage, et pour asseoir ma crédibilité. J’ai commencé par des épisodes « solo », et je me suis dirigée vers ma zone de confort, l’interview, ou j’apprends à connaître des gens, et à partager avec eux ! Donc à la base, c’était une stratégie pour faire connaitre ma nouvelle activité, et finalement aujourd’hui, ça ne s’arrête pas seulement à ça. Je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi bien, et aussi plaisant à faire ! Un peu comme toi avec les interviews sur ton blog !

Magaly a trop raison, je me régale 🙂 !

Magaly Zarka : Inspirations

Où te vois-tu dans 10 ans ?

C’est LA question que je redoute ! Je la pose dans le podcast, mais un peu moins maintenant, parce que je voulais pas qu’on me la pose, Bam ! Dans 10 ans… J’aurais 50 ans, double aïe ! Déjà, je me vois dans une maison avec piscine intérieure ! C’est un de mes rêves de vie, je ne sais pas pourquoi d’ailleurs… Dans 10 ans, mon fils aura 19 ans, mon Dieu… Triple aïe ! Du coup, je ne sais pas où je serai, mais j’aimerais bien être au soleil… ça c’est pour le perso.

Pour le pro, je me vois toujours accompagner des femmes, est-ce que ce sera encore dans le mariage, je ne sais pas… Mais j’adore l’idée de poursuivre ce travail sur l’accompagnement. Je me suis dit aussi que j’aimerais bien devenir sexologue, c’est un vrai sujet qui me passionne également. La sexualité féminine est, selon moi, au-delà d’être sous-cotée ! J’ai entendu tellement de fois des femmes dire « je le fais uniquement pour faire plaisir », et ça c’est pas possible ! Continuer d’accompagner les femmes, c’est quelque chose qui me fait vibrer.

Quelle est ton héroïne dans l’Histoire, et pourquoi ?

Je n’ai pas tellement d’héroïnes dans l’Histoire… J’ai arrêté d’admirer les gens, donc c’est une question complexe. J’ai envie de dire que j’aimerais que mon héroïne, ce soit moi ! ça peut paraître très mégalo, mais en vrai pas du tout : j’aimerais devenir cette femme qui a tellement confiance en elle, qu’elle se dit qu’elle peut devenir sa propre héroïne.

Mais il y a tout de même des femmes que j’admire, comme Lady Gaga, que je trouve incroyable. Le seul truc que je n’aime pas chez elle, c’est son histoire de robe en viande, où je n’ai pas trop compris le délire, mais je la trouve formidable ! Elle chante, elle danse, je l’ai vu en concert, et c’est une artiste complète et inimaginable ! Elle défend des causes qui me tiennent aussi à cœur, comme la communauté LGBTQIA+. C’est une héroïne des temps modernes, je la trouve hyper complète et hyper cool.

Je citerais aussi toutes les femmes qui ont lutté pour nos droits… Et puis aussi ma mère, même si je ne lui dit pas très souvent… Ma mère qui est toujours aussi forte, alors qu’elle a vécu des choses horribles.

Quelle faute t’inspire le plus d’indulgence ?

Très bonne question ! Je dirais ce qui n’est pas fait exprès. Tout ce qui est fait avec le cœur, mais tu t’es trompé, t’as pas fait exprès, t’as pas voulu faire de mal finalement. Si t’as un bon fond, je peux t’excuser ! Par contre si c’est fait méchamment, intentionnellement, c’est dur pour moi de pardonner.

As-tu un mantra / une devise / un dicton / une citation qui te motive ou qui te guide ?

Ose ! Just do it ! Si tu oses faire les choses, la première fois ce sera peut-être pas top, mais à force de persévérance, tu y arriveras, le principal c’est d’oser. Ose tout !

Quelle est LA chanson qui te motive quand tu as le moral dans les chaussettes ?

J’ai fait une playlist avec mes coachées sur le sujet justement ! J’irai où tu iras : ça me met la pêche !

Il y a aussi I’m outta love, Happy ou Can’t hold us ! Il y en a plein en fait !

***

Un grand merci à Magaly pour sa bonne humeur, sa franchise et son partage ! Elle a un agenda phosphorescent en ce moment, donc merci de m’avoir consacré un peu de temps ! Et puis, avec cette même chanson plaisir coupable dans sa playlist, nous étions faites pour nous rencontrer 🙂 !

J’espère que toi aussi tu auras apprécié cet entretien, que tu pourras y puiser un peu d’inspiration, et a minima de good vibes ! Si tu veux en savoir plus sur Magaly, je te renvoie vers son site web du wedding gang, je t’invite à écouter son podcast de temps en temps, et aussi à la suivre sur Instagram, ses posts sont des pépites d’inspirations sur le bon usage de ce réseau social 😉 !

Enjoy !

La Cheftaine, le blog dédié aux femmes du 21ème siècle

Vous en voulez plus ?

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter périodique !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

More Interesting Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.